Connect with us

Crypto

Actions tokénisées : une « réelle possibilité », selon le président de la SEC (blockblog)

Avatar

Published

on

L’US Securities and Exchange Commission (SEC) invite les innovateurs cryptos à proposer leurs solutions. « Notre porte est grande ouverte, » a-t-il déclaré. La tokénisation des actions est une « réelle possibilité » à l’avenir, a-t-il ajouté.
Cette posture conciliante de la SEC émane de son plus haut dirigeant, à savoir son président. Jay Clayton a prononcé ces mots encourageants vendredi dernier à l’occasion d’une conférence virtuelle de la Chambre de Commerce Numérique sur l’innovation et la régulation des actifs numériques.
La chaîne de blocs pour rendre la bourse plus efficiente
S’épenchant davantage sur le dossier de la tokénisation des actifs financiers existants, Clayton a précisé que même les ETF pourraient recourir à la tokénisation afin « d’être plus efficients ».
« Nous sommes prêts à tenter l’expérience, notre porte est grande ouverte, » a déclaré le président de la SEC. « Si vous voulez nous montrer comment on peut tokéniser les parts d’ETF afin de les rendre plus efficients, nous voulons vous rencontrer, nous voulons faciliter cela. »
Brian Brooks, le Comptroller of the Currency de l’OCC, a relevé que sa présence conjointe avec celle du patron de la SEC dans une telle conférence montre à quel point le secteur des cryptos est devenu mature. Pour rappel, en septembre l’OCC avait déclaré que les banques pouvaient fournir des services dans le cadre d’un projet de jetons stables. En juillet, ce même Office of the Comptroller of the Currency annonçait que toutes les banques fédérales habilitées pouvaient fournir un service de garde crypto à leurs clients.
Brooks reconnaît que l’écosystème des cryptos peut être en porte à faux avec les régulations bancaires actuelles. Mais au lieu d’avoir une posture hostile, il préconise la clarification de ces régulations afin de les adapter aux actifs numériques.
Plus une question d’infrastructure que de type d’actif
Selon lui, les réseaux sont plus résilients que les systèmes centralisés. C’est pourtant sur base du second modèle que les banques opèrent depuis toujours. Elles représentent donc des points de défaillance pour le système. « Si une banque est victime d’une panne, il peut y avoir des conséquences terribles, » a-t-il déclaré, en précisant que les réseaux ne se comportent pas ainsi.
« Selon nous, les crypto monnaies, à maturité, représentent davantage une problématique d’infrastructure que de type d’investissement. » Autrement dit, la nature même des cryptos n’inquiète pas les régulateurs américains. Le défi consiste à encadrer leur fonctionnement et leur intégration.

Retrouver l’article original de Joachim ici: Lien Source

tokenisation actions

L’US Securities and Exchange Commission (SEC) invite les innovateurs cryptos à proposer leurs solutions. « Notre porte est grande ouverte, » a-t-il déclaré. La tokénisation des actions est une « réelle possibilité » à l’avenir, a-t-il ajouté.

Cette posture conciliante de la SEC émane de son plus haut dirigeant, à savoir son président. Jay Clayton a prononcé ces mots encourageants vendredi dernier à l’occasion d’une conférence virtuelle de la Chambre de Commerce Numérique sur l’innovation et la régulation des actifs numériques.

La chaîne de blocs pour rendre la bourse plus efficiente

S’épenchant davantage sur le dossier de la tokénisation des actifs financiers existants, Clayton a précisé que même les ETF pourraient recourir à la tokénisation afin « d’être plus efficients ».

« Nous sommes prêts à tenter l’expérience, notre porte est grande ouverte, » a déclaré le président de la SEC. « Si vous voulez nous montrer comment on peut tokéniser les parts d’ETF afin de les rendre plus efficients, nous voulons vous rencontrer, nous voulons faciliter cela. »

Brian Brooks, le Comptroller of the Currency de l’OCC, a relevé que sa présence conjointe avec celle du patron de la SEC dans une telle conférence montre à quel point le secteur des cryptos est devenu mature. Pour rappel, en septembre l’OCC avait déclaré que les banques pouvaient fournir des services dans le cadre d’un projet de jetons stables. En juillet, ce même Office of the Comptroller of the Currency annonçait que toutes les banques fédérales habilitées pouvaient fournir un service de garde crypto à leurs clients.

Brooks reconnaît que l’écosystème des cryptos peut être en porte à faux avec les régulations bancaires actuelles. Mais au lieu d’avoir une posture hostile, il préconise la clarification de ces régulations afin de les adapter aux actifs numériques.

Plus une question d’infrastructure que de type d’actif

Selon lui, les réseaux sont plus résilients que les systèmes centralisés. C’est pourtant sur base du second modèle que les banques opèrent depuis toujours. Elles représentent donc des points de défaillance pour le système. « Si une banque est victime d’une panne, il peut y avoir des conséquences terribles, » a-t-il déclaré, en précisant que les réseaux ne se comportent pas ainsi.

« Selon nous, les crypto monnaies, à maturité, représentent davantage une problématique d’infrastructure que de type d’investissement. » Autrement dit, la nature même des cryptos n’inquiète pas les régulateurs américains. Le défi consiste à encadrer leur fonctionnement et leur intégration.

Retrouver l’article original de Joachim ici: Lien Source

,

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *